Mercredi 28 juillet 2010 à 23:32

Tentation de ne penser qu'à.
Ses sons, ses mots, la douceur des mains, sa bouche, ses baisers : la vertigineuse respiration, le saut, en profondeur.
Ses doigts quémandant au creux de ma main, brulant le creux de mes reins.
Salé. Le goût de sa peau après le vague, la vague...Au corps. La langue au corps- encore, à corps. Les mots se lovent dans l'oreille : "J'ai envie de toi". Comme si, pour pas qu'ils s'fassent la malle, le temps cavale les coeurs chamadent.
Morsures. Je-te-veux-sens-moi-je-te-prends, et mon cou morceau sans os sublime valse.
Rouge ta peau rouge au col, rouges mes lèvres, gonflées de charges assonantes. La voilà la chanson:"-Sur vos lèvres meurent les cavatines..." La suite est trop        , chut. Bonheur d'être a l'envers là, raison qui s'estompe, le monde n'est pas, ou alors il tient dans ma main, coule dans nos veines. On a peine à croire à notre beauté, et pourtant...Plus beaux que tout ce qu'on peut aimer, il y a quelque chose, oh dieu viens-donc par là, que je t'embrasse. Pour l'éclat, l'élan de mes rires, francs, insoupçonnés, incroyables. Pour l'éclat.

Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://ce-qui-reste.cowblog.fr/trackback/3023395

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast