Mardi 16 décembre 2008 à 22:00

Allez viens, On s'en va.
On va aller voir la mer sous la Lune et on aura pas froid.
On va parler et puis encore se taire. Tout dire avec et sans les mots...Juste comme ça.
Respirer un peu, regarder un peu plus haut, sans s'embarrasser.        Juste, partir. Etre là. Se coller au corps. Un corps à corps. Un corps raccord, un accord plein. Entre Moi, entre Toi, entre le Monde et puis.
Entre Toi, moi, ils, eux, nous, vous, IL.                 Il faudrait qu'on y courre sur cette grève. Imprégner le sol de nous même, s'incruster dans le vent et dans ces traces que l'eau efface.






Et même ces femmes de toutes les couleurs
Ne t'arrachent pas de cette torpeur
Qui t'es venue tu sais même plus d'où
Et qui te colle là Partout
Quand des fois, va savoir pourquoi,
alors que Tout
Paris t'ouvre les bras
Tu t' retrouves
collé sur un pavé
Avec un sacré cœur gros comme ça...



Mais putain, il faut que je me revienne. Encore. Un peu plus.
Je suis sûre que si j'allais dehors, et que je respirais encore un peu, et que si j'allais encore dans cette Nuit, je reviendrai avec un sourire pour une fois apaisé. Bercée.

Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://ce-qui-reste.cowblog.fr/trackback/2747965

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast